Projet urbain pour le territoire de Dijon Grand Est (21) - Les Champs Habités

L'histoire du quartier des Poussots  est liée au maraîchage. La trame parcellaire en est le témoin comme les quelques corps de ferme encore présents sur le chemin qui longe les voies ferrées. Nous pensons que l'évolution urbaine de ce site au regard des enjeux actuels liés à l'alimentation, doit se faire en écho à ces deux passés. La stratégie que nous proposons s'appuie sur la remise en place du maraîchage avec l'idée que la  production de fruits et légumes faites sur place contribuent à au moins 50 % à la production nécessaire pour nourrir les habitants du quartier.`

Le projet distingue 4 entités :

> La bande agricole

C'est une bande d'environ 50 mètres de large bordée de part et d'autre par des quartiers d'habitat. Elle se déploie de part et d'autre du site et n'est interrompue que par des traversées douces qui relient deux ilots. La limite entre la bande agricole et la bande urbaine s'établit au travers d'une noue végétalisée ou d'une lisière en vergers qui récupère les eaux pluviales des toitures et les achemine vers les bassins d'infiltration ou vers les bassins de collecte. Ces deux dispositifs mettent à distance les espaces agricoles et les espaces urbanisés.

La production maraîchère diversifiée se fait soit en plein champ, soit dans des tunnels de production. La bande agricole périphérique regroupe des dispositifs de stockage et de réutilisation des eaux pluviales, des serres et des vergers. Elle intègre les bâtiments des fermes existantes qui pourront héberger les bureaux des futurs exploitants.

> La bande urbaine

Les bandes urbaines sont organisées en petites unités de voisinage d'environ 150 à 200 logements organisées le long d'une cour plantée, commune, piétonne. Ces unités de voisinage sont conçues comme un ensemble mixte mélangeant habitat individuel dense et habitat collectif, services, point accueil ainsi qu'un certain nombre d'espaces à vocation publique : jardins partagés, espaces de jeux pour enfants... Le stationnement est intégré, pour chacune des bandes, dans des bâtiments mixtes accueillant à la fois du parking, des espaces de stockage pour la production maraîchère et les engins agricoles. Ces trois niveaux de parkings sont surmontés de trois serres jardin d'hiver et de logements ou de bureaux pour l'un des bâtiments.

> La bande publique

Le projet d'aménagement du site des anciens abattoirs prévoit en effet la conservation de l'élément bâti le plus intéressant constructivement et le plus emblématique du site : le bâtiment E, anciennes triperie et salle d'abattage des bœufs. La réhabilitation de ce bâtiment permet d'offrir au projet urbain une vitrine publique à la thématique de l'alimentation : halle alimentaire, local réservé à l'AMAP, restaurant, supérette, régie de quartier. L'histoire du site trouve ainsi son prolongement dans le projet : l'ancien abattoir devient le lieu de vente et de promotion d'une alimentation plus respectueuse de l'environnement, illustrant le nécessaire changement de nos comportements alimentaires. L'histoire du site est digérée par le projet urbain et la halle sublimée

> La bande active

Le long du Boulevard de Chicago se développe la bande active. Elle accueille des bâtiments constituant un front urbain sur cet axe qui est très circulé. Les activités s'affichent ainsi le long des flux. Les bâtiments servent également d'écran phonique pour le reste du quartier. Depuis l'entrée de ville, on perçoit dans la perspective de la plus large bande agricole, la halle réhabilitée qui montre sa fonction commerçante et de services depuis le boulevard.

 


MOA : EPLAAD
Lieu : Dijon (21)
Calendrier : Concours Février 2011
Equipe : TER, Paysagiste mandataire; La Fabrique Urbaine, Urbaniste; Atelier Téqui Architectes, Architecte; OTE Bet TCE; AEU bureau d'étude Environnement; CIRCAM, bureau d'étude Déplacement
Surface : 1100 logements + 20400m² SHON Activités + 2500m² SHON Commerces + 1800m² Services