Marché de définition pour les quartiers des musiciens et des aviateurs au Val-Fourré - Mantes-la-Jolie (78)

Dans le cadre du projet urbain pour le quartier des aviateurs et afin de mettre en place le principe de « bois habité », il est prévu la démolition de la tour Ader 2. La tour Ader 4 est conservée et doit faire l'objet d'un remodelage complet.`

La relation du bâtiment au grand paysage d'abord est un aspect frappant de ce bâtiment. Pour favoriser cette mise en relation, le projet prévoit l'installation de balcons sur les façades est ouest et sud. Ceux-ci s'épaississent au niveau des séjours pour offrir aux locataires une surface extérieure confortable facilitant des usages diversifiés. Les ouvertures actuelles sont agrandies par la suppression des allèges. Le rythme alterné des terrasses d'un étage à l'autre et la présence de claustra  en façade suivant la même alternance offre une façade vivante, rompant avec la monotonie actuelle du bâtiment et préservant l'intimité des locataires sur leur terrasse.

 

Le rapport au sol du bâtiment doit aussi évoluer par la mixité fonctionnelle introduite dans le projet. Il s'agit en effet de sortir du caractère monolithique d'un bâtiment de 18 niveaux intégralement consacré au logement pour amener des fonctions nouvelles, et par là même, de nouveaux usages, de nouveaux horaires. En l'espèce, les 3 premiers niveaux sont revêtus d'une façade vitrée ouverte sur son environnement. Cette transparence nouvelle participe à la revalorisation du quartier et au renouvellement de son usage

 

La tour, immeuble emblématique du désastre urbain des quartiers de logements sociaux construits dans les années 1960/1970 doit devenir ici le symbole du renouvellement urbain, de la métamorphose urbaine qui s'affiche par une métamorphose du bâti. Cette tour renouvelée doit agir comme un « totem » du val fourré comme le symbole d'un passé urbain assumé, dépassé et réutilisé. Le temps du reniement et de la table rase doit être dépassé : il s'agit ici d'assumer un passé parfois douloureux.

Le patrimoine bâti est un patrimoine vivant, appelé à évoluer au gré des besoins et de l'air du temps. Les tours construites pour leur efficacité et la densité qu'elles permettent furent détruites un temps à cause de l'image désastreuse qu'elles véhiculaient. Elles doivent aujourd'hui être métamorphosés afin d'offrir des logements de grande qualité qui bénéficieront de leur qualité intrinsèque de mise en relation avec le paysage, de luminosité et d'ensoleillement.

 

 

 

 


MOA : EPAMSA
Lieu : Mantes-la-Jolie (78) Val-Fourré
Calendrier : Marché de définition 2009-2010
Equipe : La Fabrique Urbaine, urbanistes mandataires; Atelier Téqui Architectes, architecte; Atelier Ville et Paysages, paysagistes
Surface : 23 HA
Cout : Aménagement 15,2 M€ HT, Restructuration 16,5 M€ HT, Construction 49 M€ HT